Ce sont ces fameuses applications qui vous permettent d’aller surfer sur internet. Il en existent de nombreux et qui fonctionnent plus ou moins bien.

Du côté Windows, on note Chrome, Edge et Internet et du côté Apple il y a Safari.

Il existe également des navigateurs utilisables sur toutes les types d’ordinateurs comme Firefox.

Une astuce est utilisée par tous les navigateurs pour répondre le plus rapidement à vos demandes. Cette astuce consiste à garder dans un cache mémoire des données des échanges précédant et d’utiliser ces données à la place de celles du serveur.

Inconvénients du cache mémoire

Lorsque je modifie des pages du site du CAF, par exemple l’ajout d’un nouvel encadrant dans le trombinoscope des cadres, les informations de ce nouveau encadrant n’apparaitra sur votre écran que lorsque le cache mémoire sera vidé.

Plus grave encore comme inconvénient, si je fais une erreur de programmation dans le CALENDRIER (par exemple l’écriture d’un ” à la place d’une ‘) qui provoque une erreur bloquante (page vide ou message système d’erreur) et bien malgré une correction du programme, la page blanche persistera tant que le cache mémoire ne sera pas rafraichi.

Comment recharger le cache mémoire ?

Il n’y a pas de terme exact. En fonction du navigateur utilisé, on va trouver rafraichir, recharger, régénérer la page.

Heureusement sur presque tous les navigateurs utilisés sur PC, l’utilisation de la touche f5 (touches du haut des clavier de f1 à f12) fait le rechargement du cache avec quelque fois un petit message d’avertissement pour signaler que les données en cours de saisie vont être perdues.

Sur les mobiles ou il n’y a pas de touche f5, il faut utiliser une commande du menu du navigateur qui apparait sous l’aspect de 3 points verticaux.

Le rechargement du cache apparait alors sous la forme d’une flèche arrondie ou dans une commande du type “Recharger la page”.

Attention, le redémarrage du mobile n’efface pas toujours le cache selon le navigateur car les données sont stockées dans la mémoire persistante du téléphone.

Michel Brusa