Nous sommes 8 sur le parking pour cette première randonnée glaciaire de la saison.
Simone, Albe, Emma, Rhémo, Jean Philippe, Gilles, Dominique et moi.  Tout le monde a révisé ses nœuds d’encordement (enfin c’est ce qu’ils m’ont dit) et la météo annoncée est parfaite.
Un petit coup d’autoroute, un autre de remontée mécanique et nous rejoignons le refuge Albert 1° (des névés sur le chemin dont 2 un peu délicats).
Le décor est grandiose avec les séracs du glacier du Tour, les crevasses et l’Aiguille du Chardonnet au-dessus de tout ça..
Le soir nous avons droit à un petit show d’un PGHM de bonne humeur qui ramène des alpinistes ayant pris du retard au Chardonnet. Ils nous ont fait une démonstration de décollage hélico sensations fortes. Quels cabots ces sauveteurs!
Après une grasse matinée bien méritée (au refuge, le petit déjeuner à 05h00 c’est une grasse matinée…), nous chaussons les crampons et profitons de la neige dure pour avancer. Encordement de rigueur dès l’arrivée sur le glacier, même si aucune crevasse n’est visible. Les filles choisissent de faire cordée à part.
3h de montée, en longeant l’Aiguille du Tour et sa Table, la Purtsheller qui se découpe sur le bleu et c’est enfin Tête Blanche à 08h58 (2mn d’avance sur l’horaire), avec la vue sur tout le bassin du Trient. Au passage nous en profitons pour remplir le programme du CAF Meythet pour les 2 ou 3 prochaines saisons…
On pourrait rester des heures au sommet (pas de vent, bonnet inutile), mais la neige ramollit et il faut penser à rentrer.
Retour tranquille, chapeau, crème solaire, short pour certaines.
Bienvenue en haute-montagne!

Pierre O.